Alice par Tim Burton, du pur Disney

Avec un peu de retard suite à une longue coupure internet, voici mes impressions sur Alice au Pays des Merveilles en film. Lewis Caroll + Tim Burton + cinéma 3D, c’est vrai que c’est alléchant. Le casting est également à la hauteur avec Johnny Depp en Chapelier Fou, Helena Bonham Carter en Reine Rouge, Ann Hathaway en Reine Blanche et Mia Wasikowska en Alice.

Helena Bonham Carter en Reine Rouge

Helena Bonham Carter en roue libre dans son interprétation de la Reine Rouge

Tout était destiné à faire un grand moment de cinéma et pourtant… C’est une semi déception.

Semi déception car c’est avant tout un film Disney, qui manque cruellement de style burtonien (à part quelques passages assez caustiques, comme celui où une Alice miniature doit traverser les douves du château en sautant sur des têtes tranchées). On sent bien que Tim Burton a été contraint de faire un film tout public, c’est à dire sans nudité, sans violence et sans Gentil qui meurt.

alice-johnny-depp

Alice et le Chapelier Fou (Johnny Depp, extraordinaire)

Semi déception aussi car l’esprit de Lewis Caroll et son humour absurde est bien éloigné de ce film qui ressemble aux adaptations du Monde de Narnia. Un film d’aventures, avec des Gentils et des Méchants bien reconnaissables, des monstres, des poursuites, un combat contre un dragon et moult péripéties qui se terminent par la défaite de la Reine Rouge, confrontée à une Alice transformée en Jeanne d’Arc. Tout cela manque de subtilité et d’enchantement, et le Pays des Merveilles n’est franchement plus ce qu’il était.

Alice la guerrière

quand Alice se prend pour Jeanne d’Arc

Le scénario s’inspire à la fois du film d’animation Disney et du jeu American Mc Gee’s Alice  mais de façon très très édulcorée. Et c’est bien dommage, je me demande ce que Burton aurait pu faire avec une adaptation de ce très dérangeant jeu vidéo.

le Chat de Cheshire

le Chat de Cheshire, une des grandes réussites du film

Quant a l’élément 3D, qui a incité Tim Burton à signer avec Disney, c’est malheureusement assez mal exploité et ça donne l’impression d’un film traditionnel « gonflé » à la 3D pour faire mode. Tim Burton ne maîtrise pas encore très bien cette technologie et ça fait vraiment gadget, à l’exception de certaines scènes (lorsque Alice travers la forêt par exemple)

Reste un bon moment de cinéma avec de bonnes trouvailles et une Alice tout à fait charmante. Les acteurs ont tous un bon grain de folie, mention spéciale à Johnny Depp et Helena Bonham Carter. J’ai aussi beaucoup aimé la prestation complètement barrée de Anne Hathaway, qui compose une Reine Blanche aussi cinglée que l’autre.

N’empêche, j’aurais préféré que quitte à faire une suite à Alice, Tim Burton adapte plutôt l’univers d’American McGee.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. carlos dit :

    Bah pareil que l’article, ca se regarde. Ca casse pas 14 pattes a un canard. Y’a que la reine rouge qui m’a fait bien délirer, et le chapelier j’ai pas trop aimé, pas assez déphasé de la réalité.