Black Death : noir, c’est noir

Tout comme Neil Marshall avec son Centurion, Christopher Smith (Creep, Severance) a été victime d’une mise à l’écart incompréhensible, et son Black Death (réalisé en 2009) ne sort que maintenant, et directement en vidéo…

C’est proprement scandaleux de voir la frilosité des distributeurs, devant ce qui s’avère un bon film d’aventure médiéval (qui véhicule, il est vrai des messages pas très grand public). Black Death aurait mérité les honneurs du grand écran, espérons qu’il va connaitre une seconde vie à travers la location vidéo et la diffusion sur le net.

Cela se passe au XIVe siècle, à une période pas très joyeuse où sévissait la Peste Noire (d’où le titre). Un jeune moine, Osmund, décide de se joindre à un groupe de guerriers qui est en quête d’un village mystérieusement épargné par la peste, où sévirait un nécromancien. Voilà l’occasion de retrouver Sean Bean (inoubliable Boromir) et son attirail de chevalier (avant de le voir bientôt dans le Trône de Fer), ainsi qu’une belle brochette de trognes médiévales.

Black Death fait penser au 13e Guerrier, à la Chair et le Sang et même au Nom de la Rose, car Christopher Smith arrive à mettre en place un Moyen-Age réaliste et cru, sans faire appel à des moyens exagérés (on n’a pas des armées de 10000 figurants qui se foutent sur la gueule ou des villes reconstituées en images de synthèse). Ca sonne vrai, et on n’a pas du tout, mais alors vraiment du tout d’être coincé dans cette époque de massacres en tout genre, chasse aux sorcières et peste mortelle.

sean-bean-black-death

L’ambiance n’est pas vraiment à la rigolade… Mais alors que dire du scénario ! C’est rare de voir une fin aussi désespérante et cruelle, qui va à contre courant de tout ce qui se fait dans les produits calibrés pour un public familial (c’est peut-être aussi pour ça que le film est passé en Direct to Video).

C’est clair que les faits présentés par Christopher Smith, ne sont pas fait pour plaire à tout le monde. On n’est pas ici dans la confrontation attendue entre des Forces du mal et des Chevaliers guidés par Dieu mais dans un contexte beaucoup plus nuancé, et aussi beaucoup plus éprouvant, car finalement plausible. Le message n’est pas très agréable à recevoir, quel que soit le camp pour qui on éprouve de la sympathie ! Tous des enfoirés de première, y compris notre jeune moinillon, dont le destin sera pour le moins discutable…

une belle brochette de durs à cuire

Bref, Black Death n’est pas le film idéal si on recherche de l’action facile et un moyen de se reposer le cerveau. Si on veut passer un bon moment, ce n’est forcément ici qu’il faudra le chercher. Par contre si vous recherchez un film bien glauque et bien dérangeant, welcome ! A noter la prestation irréprochable de Sean Bean, en chevalier dur à cuir et prés à tout pour mener sa quête à bien. Il joue là un homme de principes, mais qui n’hésite pas à faire ce qui doit être fait, un rôle très proche de Lord Eddard dans le Trône de Fer… Une autre prestation qu’on pourra bientôt visualiser !

Christopher Smith montre encore une fois qu’il sait utiliser une caméra et tirer partie du casting et des environnements mis à sa disposition. Tout le film baigne dans une lumière grise et une atmosphère inquiétante et parfois irréelle, d’autant plus troublante que cette époque peuplée de fanatiques en tous genres a réellement existé…