La Route : Highway to Hell

Cormac McCarty n’est pas un rigolo. Ses bouquins dépeignent souvent une Amérique cruelle et impitoyable, qu’il s’agisse de polars (No country for old men), d’histoires sur l’Ouest américain (Le Grand Passage) ou d’anticipation (La Route). Dans ce dernier, qui a inspiré le film que je viens de voir, une catastrophe mystérieuse a réduit en cendres la civilisation américaine. De ce cataclysme on ne saura rien (justes quelques lueurs de flammes à travers les rideaux) et le propos n’est pas là.

Une douzaine d’années après la catastrophe, un homme (Viggo Mortensen) et son fils taillent la route dans des paysages dévastés, en direction du sud où ils espèrent trouver des cieux plus cléments. Ils doivent affronter la faim et le froid et surtout survivre aux bandes de pillards cannibales qui rodent en quête de nourriture.

la-route

Le père fait ce qu’il faut pour survivre, dépassant souvent la limite qui sépare les « gentils » des « méchants », et s’efforce de préparer son fils à affronter l’horreur. Josua, son fils né quelques mois après la catastrophe, n’a jamais connu le monde d’avant, et joue le rôle de bonne conscience pour son père, l’empêchant de sombrer dans la sauvagerie.

Viggo Mortensen joue un homme prêt à tout

Viggo Mortensen joue un homme prêt à tout

La Route est une œuvre dérangeante, qui montre ce qu’il y a de pire en l’être humain. Un livre noir, sordide, pratiquement sans espoir. Le film est du même tonneau, même si la violence n’est (heureusement) que suggérée. Le film dévoile des paysages de cendres, un univers dépourvu de la moindre couleur, et une ambiance pesante entrecoupée de grondements telluriques et de bruits sourds. Pas d’oiseaux, pas d’insectes car ils ont tous été décimés.

« J’étais sur la route toute la sainte journée » pourrait chanter Viggo Mortensen mais ce n’est vraiment pas la joie. Il y joue un survivant au look de clochard, émacié, fébrile et armé de sa seule volonté, métamorphosé et réellement habité par son rôle. On peut dire qu’il porte le film à bout de bras, secondé par les apparitions de quelques stars (Charlize Theron, Robert Duvall) tous aussi méconnaissables les uns que les autres.

La Route cest aussi lhistoire dun homme et dun caddie

La Route c’est aussi l’histoire d’un homme et d’un caddie

On est à contrecourant de tout ce que Hollywood tente de nous vendre en matière de survivant à l’apocalypse. Ici les personnages ne sont pas des héros cool roulant en 4×4 et pillant les boutiques de dvd (Will Smith dans Je suis une légende). La Route nous apporte une vision plus noire et plus réaliste de ce qui pourrait arriver. Et ça fait mal.

La Route est un film noir, à ne pas montrer à tout le monde (plusieurs personnes ont quitté la salle, choquées). Ce film démoralisant montre qu’il reste encore de vrais auteurs américains et de vraies prises de risque dans le cinéma.

Résumé
date
élément noté
La Route
note
41star1star1star1stargray