Tryo au Zenith d’Auvergne

Ils sont sympa, ils sont cool, les gars de Tryo étaient au Zenith d’Auvergne pour un spectacle qui fait du bien au moral (et en ces temps de crise, c’est plutôt rare). Tryo c’est un groupe qui a presque 15 ans d’existence et qui a élaboré un style très relaxant à base de guitare sèche et percussions, avec un subtil mélange de reggae, musique brésilienne et africaine, rap et chanson française « bien de chez nous ». Tryo c’est aussi ces textes altermondalistes et très candides qui dénoncent les travers de la société mais pas très méchamment, car la gentillesse et la naïveté font partie intégrante de leur style, comme si le temps n’avait pas de prise sur eux. Des fois Tryo m’énerve, j’aimerais les entendre dire des gros mots ou faire preuve de plus de cynisme et de second degré dans leurs textes. C’est fondamentalement un groupe pour midinettes (75 % du public de la salle) mais qui passe bien sur scène et arrive à traverser les époques. Mais comment font-ils ?

Tryo c’est un peu comme un gros gâteau au chocolat, c’est super bon au début mais ça devient vite écœurant. J’avoue que j’ai du mal à écouter un album en entier car les chansons se suivent et se ressemblent (pas grande différence entre les albums d’ailleurs). Ca passe mieux sur scène car Tryo change de style et de tempos et propose un spectacle qui n’a rien d’ennuyeux et qui est plutôt festif, agrémenté d’effets sons et lumière et de projection de films et de cartoons en arrière plan. Belle mise en scène, il faut reconnaître. Je n’ai pas connu Tryo lorsqu’ils jouaient dans les petites salles de province,  mais je pense qu’ils n’ont pas fondamentalement changé. Ils ne se la pètent pas et se font plaisir tout en jouant avec le public et en osant quelques délires. Au passage, on a eu droit à une très bonne reprise du Poinçonneur des Lilas, merci pour ça.

NB : je n’ai pas d’image du concert de Clermont, celle-ci est prise à Caen.

Les Tryo sont devenus porte-étendard de l’altermondialisme, soutien officiel de Greenpeace et d’Europe Ecologie, et prônent différentes valeurs « bio » telles que le covoiturage pour se rendre à leur concert. On peut aussi trouver un bilan CO2 de leur tournée sur le site officiel. Tout ceci n’est-il pas un peu vain ? Peut-on être une grande machine médiatique et ne pas perdre son âme ? Je pense qu’ils sont totalement sincères dans leur démarche mais fondamentalement Tryo n’est pas un groupe contestataire très virulent. C’est sûr qu’une chansonette ne changera pas la société mais proposer un style tout public, est peut-être aussi un bon moyen de faire entendre ses idées. Les Tryo sont-ils de faux candides ?

En première partie il y avait une charmante demoiselle appelée Madjo, guitariste à la voix soul accompagnée de rythmes a capella. Il y avait de la magie dans l’air avec finalement trés peu de moyens. Pas besoin d’un orchestre, de sons et lumière et d’effets spéciaux pour écraser toutes les postulantes de Nouvelle Star et autres nouilleries sans âme. Merci Madjo pour ce moment de charme !

NB : encore une image empruntée, cette fois au festival Zebrock en 2006.