The Strain (La Lignée) : Bilan de la saison 1

Lancée en juillet 2014 sur la chaine américaine FX, The Strain est une série produite et scénarisée par Guillermo del Toro et Chuck Hogan, d’après leur série de romans horrifiques (baptisée La Lignée en France). C’est la première fois que Del Toro s’investit dans la série télévisée (si l’on exclue sa participation à la série animée Hellboy), autant dire qu’il était attendu au tournant…

Sans trop spoiler, on peut dire que The Strain est le récit d’une invasion de vampires à New York, façon 30 Jours de Nuit, et une certaine relecture du mythe vampirique. C’est une série qui n’a pas d’autres prétention que le divertissement, et joue la carte de l’humour et du gore, exactement comme dans les films de GdT.

Y a quelqu'un ?

Y a quelqu’un ?

Beaucoup de journalistes se sont empressé de dire que The Strain était le nouveau Walking Dead, mais ce n’est pas du tout ça… Certes on suit les aventures d’un groupe de survivants hétéroclytes, mais là où Walking Dead frappe par sa noirceur et son réalisme sordide (surtout dans les relations humaines), The Strain fait surtout penser à un BD filmée, avec beaucoup de clichés empruntés à l’univers fantastique et une ambiance de bon vieux film Z. C’est clairement un hommage aux films d’horreur des années 70, et Guillermo raconte d’ailleurs dans une interview qu’il a été fortement influencé par les Dracula de la Hammer et par la série « Kolchak : The Night Stalker ».

Des bons vieux goules comme on les aime ! On 'est pas dans Twilight

Des bons vieux goules comme on les aime ! On ‘est pas dans Twilight

Cet amour du film de genre transparait dans toute la saison 1 de The Strain, où nos héros luttent contre des hordes de goules, explorent des égouts, affrontent un Maître aussi inquiétant qu’incongru et tentent en vain d’alerter la population. La petite bande de héros est fortement hétéroclite et comprend un scientifique virologue et son fils, un vieux chasseur de vampires, une pirate informatique, un dératiseur… Un casting digne d’un jeu vidéo !

heros-the-strain

Un petit côté Left 4 Dead par moment !

Ce style fait la force et la faiblesse de la série, qui présente des situations tour à tour burlesques et abominables. Les séquences sentimentales plombent également la série et gâchent le côté horrifique (pourquoi faut-il que tous les héros de série soient des pères divorcés en charge de leur gamin ?).

Bref ce n’est pas une série parfaite, ni une grosse claque télévisuelle, mais un bon divertissement, et un scénario qui sait exactement où il va (les 3 bouquins de Del Toro aidant). Si tout se passe bien, on aura droit à une saison 2 et 3 !

Résumé
date
élément noté
The Strain
note
41star1star1star1stargray

Vous aimerez aussi...